Stabat Mater Furiosa

Jean-Pierre Siméon prévient : « Il ne peut y avoir d’équivoque : l’adresse est clairement aux spectateurs à qui la comédienne fait face. La dureté de l’invective ne peut être une objection : il y a là nulle injustice, chacun étant, un jour ou l’autre, par action, par pensée ou par omission, le Dieu de la Guerre.»
Stabat Mater Furiosa est l’histoire d’une femme qui se tient debout et qui refuse de comprendre. Évoquant un passé encore parfumé des odeurs du basilic de son enfance, elle pousse un cri violent contre la guerre, contre l’homme de guerre. Non pas un cri qui comble le silence sur les ruines mais qui accuse le vide. Dans la teneur tragique des tentatives inutiles, elle fait encore pari sur la vie et affirme, dans un ultime chant d’espoir, une rémission possible.

Créé le 12 mars 2008 à la Comédie De l’Est - Centre Dramatique National d'Alsace, Colmar (anciennement l’Atelier du Rhin)


Les compagnies Verticale et  la cie sound track sont fédérées sur ce spectacle

 

Production Verticale – création.théâtre

Coproduction cie sound track – musique pour l’image et le geste, Chaumont, Comédie De l’Est - Centre Dramatique National d'Alsace, Colmar, MA scène nationale de Montbéliard (anciennement L’allan), Art Zoyd - Centre Transfrontalier de Production et de Création Musicales de Valenciennes

 

Avec le soutien de : Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Alsace et Champagne-Ardenne, Conseil Régional d’Alsace et de Champagne-Ardenne, Conseil Général du Haut Rhin et de Haute-Marne, Les Villes de Chaumont et de Colmar, La Fondation Alliance – Cairpsa Carpreca, La SPEDIDAM, Les Entreprises Martin SA Chaumont et Horsch Sarl

Mise en scène : Yves Lenoir

Comédienne : Catriona Morrison

Création musicale, interprétation clavier et capteurs : Patricia Dallio

Création lumière : Michel Bergamin

Collaboration à la mise en scène : Lionel Parlier

Assistant à la scénographie : Mathieu Bianchi

Travail chorégraphique : Virginia Heinen

Ingénieur du son : Xavier Bordelais

Assistant musical : Carl Faia

Régie lumière : Bathilde Couturier

Régie son : Arnaud Rollat

Construction des instruments capteurs : Olivier Charlet

 

Ce spectacle existe dans une version pour salle de spectacle, une version "hors les murs" ainsi que dans sa version anglaise

"Catriona Morrison incarne la poésie des mots qu’elle nous offre avec une sincérité et une justesse étonnante. Sans compassion, ni pudeur, elle ose affirmer ce que le texte lui dicte. C’est avec beaucoup d’élégance qu’elle passe de l’exaltation au désespoir, ne désarmant jamais lorsqu’il s’agit d’affirmer son refus d’accepter, passivement, à autant de cruauté qui lui est donnée à voir. Sa sensibilité s’immisce entre les mots dont elle maîtrise la poésie avec un remarquable talent." Théâtrorama 03/02/09

 

 

"Bref, on ne quitte pas cette femme, sa révolte, cinquante minutes durant. Face à l’intolérable, on est saisis par ses tressaillements dont nous atteint la profondeur organique, alors qu’elle nous harangue juchée sur un bout d’échafaudage, ou qu’elle s’électrocute, tel un insecte pris dans le faisceau d’un néon inhumain, sur la grille d’un trottoir. On a moins adhéré en revanche à ce parti pris poussant la modernité dans ses derniers retranchements : celui de faire danser, en transes et jusqu’à la désincarner, Catriona Morrison dans une rave.

Mais on n’avait encore rien dit du travail du son, qui est pour beaucoup dans la réussite de cette adaptation. Patricia Dallio est aux commandes qui offre à perce(voir), autant qu’à entendre, chaque courbe, chaque bifurcation de la tension du texte, et, dirait-on, sa chair. Cela s’orchestre depuis une table, pourvue de capteurs de distance, de sabres de bois et de bracelets, lesquels, au moindre effleurement des doigts, somment l’ordinateur de concocter un enrichissement, une ampleur, une distorsion, à la nappe sonore prégnante. Cela s’appelle une lutherie électronique et c’est ici appréhendé avec une sensibilité surprenante." l'Humanité 02/02/09

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Verticale